Pourquoi s’offre-t-on des oeufs à Pâques ?

Après Noël et la Saint-Valentin, les vitrines changent à nouveau leurs habits, et au milieu des poussins et des cloches se dressent fièrement des oeufs peints de mille motifs, en chocolat, en bois, en porcelaine, c’est un carnaval de couleurs et c’est avec impatience que j’attends avec vous le moment de fondre sur le chocolat abandonné au milieu d’un jardin où percent les premiers bourgeons de l’année.

Généralement l’occasion d’un petit moment en famille, de promenade dans le jardin avec les enfants, de photographies en tous genres, Pâques est accueilli avec plaisir ou indifférence, mais elle reste bien la fête des oeufs en chocolat (ou non, d’ailleurs). Mais pourquoi ? D’où nous vient cette étrange tradition ? Quelle manie nous prend donc, une fois l’an, d’aller éparpiller moult oeufs sous les arbres en fleurs, avant de les (re)découvrir avec une joie non feinte ? Pour comprendre cette habitude pour le moins troublante, il faut revenir des siècles en arrière – voire, des millénaires…

oeuf-paques-pascal

Avant le christianisme, la symbolique des oeufs teints

L’humanité n’a pas attendu l’arrivée de Jésus pour développer ce plaisir fort particulier de s’offrir des oeufs colorés en diverses occasions. Pour comprendre cette tradition, il faut s’intéresser à la symbolique qui est liée depuis longtemps à ce petit objet.

Il semblerait en effet que dès l’Antiquité, Perses et Egyptiens aient développé cette pratique qui consiste à s’offrir des oeufs, décorés, célébrant par là l’arrivée d’un nouveau printemps. (On a en effet retrouvé des oeufs d’Autruche datant d’il y a 60 000 ans (!) en Afrique australe, dans des tombes à Sumer, ou en Egypte). L’objet, qui par sa fonction évidente symbolisait la vie, mais également le renouveau, est rapidement devenu une sorte de porte-bonheur, une manière de se souhaiter « plein de bonnes choses » en somme ! Offrande amicale ou rituelle, ces objets travaillés avec plus ou moins d’arts et de fioritures ont longtemps accompagné les hommes, ici pour célébrer les dieux et déesses (comme chez les Anglais ou l’on en offrait à la déesse Éostre, qui laissa d’ailleurs son nom à la fête actuelle, « Easter »), là pour rendre honneur au soleil (comme l’auraient fait les druides de l’Antiquité gauloise, qui peignaient alors leurs oeufs en rouge).

Du paganisme à la récupération catholique

Lors de mes cours d’histoire sur le christianisme, j’ai étudié comment les chrétiens s’étaient appliqués à réutiliser des symboles, des dates et des pratiques pour glisser méthodiquement vers un catholicisme qui parlerait davantage aux païens qu’il s’agissait de convaincre. Là où l’on regrettait une fête païenne voire satanique, l’on s’empressait parfois de mettre en place une symbolique religieuse, une cérémonie nouvelle qui permettrait de conserver ces rituels qui séduisaient les païens, notamment par leur prétexte rassembleur.

L’oeuf de Pâques en serait ainsi l’un des objets. Par sa très ancienne symbolique – de la vie et de la résurrection donc – il ne fut pas bien difficile à recycler. Aussi vint-il mettre fin à la période du Carême et marquer la célébration de la résurrection du Christ. Logique. On considère que la coutume d’offrir des oeufs le matin de Pâques daterait environ du IVème siècle en Europe – quoique la pratique tarda quelque peu à se répandre, puisqu’il faut attendre le XVème siècle pour en retrouver des traces en France.

Devenant petit à petit une pratique royale, les oeufs se virent habillés d’ornements toujours plus précieux, et l’outil d’une exposition de son art, de son habileté. On s’éloigna progressivement de sa signification première, l’oeuf est devenu un prétexte, il est réutilisé à tout va, et aujourd’hui, il est surtout devenu commercial.

Un côté pratique…

A notre époque en effet, quoique le plaisir de décorer ses oeufs avec les enfants, d’habiller sa maison, de tester son talent sur ces jolies coquilles persiste quelque peu, les oeufs de Pâques s’offrent surtout en chocolat, et ils sont rarement destinés à rappeler la résurrection du Christ. L’objet a été récupéré, notamment par les chocolatiers, qui voient arriver avec plaisir les premiers jours du Printemps.

N’oublions pas cependant que pour les premiers chrétiens, ce côté pratique et utilitaire n’était pas non plus totalement absent… En effet, Pâques marquait surtout la fin du Carême, période durant laquelle il était interdit de manger – entre autres – des oeufs. Or bien sûre, les poules, elles, ne cessaient pas de pondre ! Plutôt que de gâcher le tout, il était ainsi bien pratique de se les offrir mutuellement une fois cette période de trente jours terminée… 🙂

Et toi, comment célèbres-tu cette journée à la maison ?

Publicités

Pourquoi est-il si difficile de dire je t’aime ?

Les mots buttent contre les lèvres et s’étouffent dans un soupir timide. Pourquoi m’est-il si difficile de dire je t’aime ? Je crois n’avoir jamais dit à mes parents que je les aimais, pas depuis que j’ai arrêté de leur offrir des dessins pour leurs anniversaires. J’y pense, parfois ce désir de parler m’envahit mais finit par mourir dans un silence.

_DSC0325

J’aime les longues promenades de ces débuts d’automnes, sous le soleil rougeoyant et les arbres se dénudant. J’aime les pièces parsemés de livres, comme autant de promesses d’évasion à la portée de mes doigts. J’aime cet auteur, Delphine de Vigan, Modiano, Beauvoir, Dostoïevski, Hugo, Laclos. J’aime quand les murs de leurs maisons sont colorés. Quand elles sont encore pleines de boîtes en carton. J’aime le bruit de mon crayon sur le papier Canson, ce sentiment de toute puissance dans l’acte de création. Le crépitement de la cheminée à la fin d’une soirée à peine arrosée, l’odeur des pages de vieux livres dénichés sur les étagères d’une librairie d’occasion. J’aime ce film, cette chanson, son regard de petit garçon. J’aime les voyages, j’aime rester à la maison.

Mais je t’aime ? Je t’aime dans un regard, je t’aime par un cadeau qui veut dire que je te connais bien, que je t’écoute, que je tiens à toi. Je t’aime d’une caresse malhabile, d’une étreinte maladroite. Mais les mots m’échappent. Il arrive des moments d’attendrissement profonds, où je les regarde avec tendresse, où l’envie me prend de leur dire de but en blanc. « Je t’aime papa », « je t’aime maman ». Ma soeur n’a jamais entendu ces mots, ces gros mots. Ils sont porteurs d’une gravité qui effraie. Quand je veux leur dire j’ai l’impression qu’ils vont se briser. Ils sonnent comme des aveux de la dernière heure. Ils me font peur.

Je les aime en silence, espérant de tout mon coeur qu’ils entendent ce que je ne dis pas, multipliant les gestes venant prouver ce qui ne s’énonce pas.

« Je t’aime maman. Je t’aime papa. »

Sunday morning…

Et si votre semaine commençait le dimanche ?

Pourquoi débuter fatalement vos sept jours par cette éternelle mauvaise nouvelle qu’est le lundi matin : le réveil à nouveau enclenché et l’annonce matinale d’un affrontement nécessaire avec le froid de la salle de bain, les pulls qui grattent, les couches et les couches de vêtements qui nous privent de chacun de nos mouvements ? L’anticipation des quinze degré sous le zéro, des embouteillages, et des tensions qui accompagneront dès lors chacune des épreuves à venir ? Des tâches répétitives et plus ou moins choisies et désirées, des visages fatiguées et bleuis sous les yeux, la fatigue accumulée, le renoncement ressenti dès la fin de cette toute première journée.

Une semaine qui commence ainsi ne présage rien de bon.

49f3083cf355fbf375c254e1a001305e

Alors pourquoi ne pas commencer la semaine le dimanche ?

Commencer la semaine par une grasse matinée, quoi de plus positif ? Jouir du temps nécessaire à la préparation d’un petit déjeuner équilibré, plein de couleurs, et suffisamment d’heures pour profiter de chacune de ses saveurs ? Une journée pour y aller doucement, se préparer tranquillement aux jours suivants, en musique peut-être, au chaud surtout, chez soi ou chez l’autre, dans une délectable solitude ou auprès de sa peau encore chaude de la nuit ?

J’aimerais commencer chaque semaine par une exquise journée, par une note positive.

Ma soeur m’a d’ailleurs dit il y a quelques temps qu’au Portugal, où elle est allée rejoindre son ami l’été passé, c’est ainsi que se comptent les jours.

Le lundi est ainsi appelé, littéralement, le « deuxième jour », le mardi, le « troisième jour » et ainsi de suite jusqu’à ce que le cycle se termine et ne recommence ainsi encore et encore.

 img_0257

Voilà pourquoi j’ai décidé qu’à partir d’aujourd’hui, chacune de mes semaines commencera dès le dimanche, et se terminera tout aussi positivement le samedi sur une matinée de repos et une après-midi à rattraper les plaisirs manqués de la semaine.

Bonne semaine à vous tous – la mienne a d’ors et déjà bien commencé !

5[4]-1