J’ai testé : être famille d’accueil pour animaux (et je recommencerai)

_dsc2822

Qu’est-ce qu’une famille d’accueil (ou FA) pour animaux ?

Il y a plusieurs possibilités. Deux surtout, qui sont assez différentes, supposent un investissement différent, et ont des conséquences variables.

La première, proposée notamment par la SPA, suppose l’accueil définitif de l’animal par la famille. On se rapproche de l’adoption, à ceci près que la SPA se charge des frais engendrés par l’arrivée d’un petit nouveau. Tous les animaux ne sont pas concernés ; on envoie dans les familles d’accueil ceux qui n’ont eu aucun succès à l’adoption et sont au refuge depuis trop longtemps, mais aussi ceux qui présentent un certain handicap ou une pathologie significative. La famille est chargée de prendre soin de l’animal qui échappe ainsi au refuge, mais celui-ci demeure la propriété de la SPA qui prend alors en charge les frais vétérinaires et les frais de nourriture.
C’est un bon compromis pour les familles désireuses d’accueillir une petite bête à la maison mais qui n’ont pas le budget nécessaire à ses soins. C’est aussi un beau geste à l’égard de l’animal qui sans cela aurait peu de chance de quitter sa cage. Il faut cependant être conscient des conséquences de cette décision. L’animal est généralement mal en point : handicap, maladie ou vieillesse, les perspectives d’avenir sont réduites et parfois difficiles et il est important d’y réfléchir avant de franchir le pas.

La seconde possibilité, que j’ai moi-même testée, est moins contraignante, mais tout aussi utile ! Elle est généralement proposée par des associations venant au secours des animaux et disposant de trop peu de places (voire aucune, toutes n’ayant pas de refuge à leur disposition) pour soigner leurs pensionnaires. Elles font alors appel à des familles bénévoles qui accueillent ces animaux quelques temps, en prennent soin jusqu’à ce qu’une famille se présente, prête à adopter ces boules de poils de manière définitive. En termes de frais, les possibilités varient d’une association à l’autre. Certaines demandent aux familles de prendre en charge la totalité des frais engendrés, d’autres prennent en charge les frais vétérinaires, d’autres encore en payent la totalité. Généralement, ces conditions sont précisées sur leurs sites, sinon, il ne faut surtout pas hésiter à demander. Les conséquences de ce type d’accueil sont naturellement différentes du cas de figure précédent, et je m’attarderai aujourd’hui davantage sur celles-ci. Continuer la lecture de J’ai testé : être famille d’accueil pour animaux (et je recommencerai)

Publicités

# 29 jours de gratitude – Jour 2 – Mes amours

Pour l’instant, ce défi gratitude fonctionne bien, je m’y tiens. Nous ne sommes que le deux février, certes, mais il n’y a pas de petite victoire. On enchaîne donc aujourd’hui avec le deuxième thème : mes amours.amours-gratitude-landscape

Mes amours ? Mais lesquels ? D’amour, vraiment, je n’en ai qu’un, et je l’ai mentionné déjà plusieurs fois par ici. Je me suis souvent retenue d’employer ce mot-ci, galvaudé à mes yeux, encore que.

Mon amour, donc, c’est lui. Lui, voilà bientôt trois ans qu’il partage ma vie – et quelle vie ! Et je ne sais pas comment, par quels mots, par quels signes, je pourrais suffisamment lui dire merci. Parce qu’il est arrivé au moment le moins opportun, et qu’il a du bien trop longtemps du me porter à bout de bras. Subir des scènes, des absences, des silences et des cris, sans mot dire, jamais, ne cessant de chercher les mots, les gestes.

Alors je lui suis reconnaissante, à lui, à lui seulement, pour tout ce temps passé. Pour nos promenades parisiennes du week-end, nos après-midi écoulées sous le soleil de ces deux étés passés. Pour ces centaines de verres en terrasse, ces chocolats, ces cafés crèmes. Je suis reconnaissante pour une infinité de moments tranquillement vécus, ces étreintes, ces adieux silencieux, ces retrouvailles muettes. Pour nos après-midis passées dans les magasins de mobilier, à la recherche de la perle rare qui saura me décider, ces journées à arpenter les rayons pour meubler cet appartement vide, prêt à s’emplir de nos passions. Ces bouquins entassés, avalés, dévorés. Ces vinyles dénichés dans une brocante improvisée. Ces petits plats cuisinés. Ces soirées. Ces Noëls. Ces surprises.

Ces sentiments partagés.

Je sais que tu passeras lire ces lignes, je sais aussi que tu ne m’en parleras pas. C’est bien comme ça. 🙂