# 29 jours de gratitude – Jour 9 – Mes lectures

Peut-être le plus facile des thèmes proposés pour ces 29 jours de gratitude, puisqu’il concerne l’une de mes plus vives préoccupations du moment, et que vous aurez probablement pu constater par vous-même mon regain d’intérêt pour ce vaste monde littéraire depuis quelques temps…

MES LECTURES

Je crois que ma reconnaissance la plus vive ne peut être adressée à autre chose qu’à ce milieu de la littérature, à ces livres qui peuplent mes étagères et celles de toutes ces bibliothèques auxquelles je ne cesse de m’inscrire, et où je retourne chaque mois, chaque semaine parfois, m’isoler pour une durée indéterminée au milieu de toutes ces pages plus ou moins poussiéreuses, abritant un ensemble de destins se croisant tous au carrefour de mes mains avides de nouvelles découvertes.

Les livres ont été pendant longtemps mon unique refuge, et je me suis très tôt passionnée, pour l’objet lui-même d’abord, et pour l’univers qu’il abritait ensuite. Apprendre à lire a été mon plus heureux soulagement, et l’ouverture à cette voie infinie, peuplée de romans en tous genres, de biographies, de poèmes et pièces de théâtres, de témoignages parfois, souvent. Je me souviens de mon enfance comme d’une succession de bouquins, péniblement délaissés au moment de passer à table ou d’aller me coucher. Me coucher d’ailleurs, parfois, s’avérait inconcevable, et dès que j’en ai eu l’âge, j’ai parfois veillé jusqu’au milieu de la nuit pour achever un livre qui me captivait tant qu’il était pour moi impossible de m’en détacher avant d’en avoir vu le bout. Et quelle déception, une fois la dernière page, la dernière ligne lue, quand il ne nous reste plus rien que toutes ces images et paroles s’entrechoquant dans nos mémoires à vif.

J’ai trouvé dans ce monde des lettres, dans la lecture mais aussi dans l’écriture, une réponse à mes tourments, qu’ils aient été passagers ou non. Les philosophes étaient des professeurs à ma disposition, ces écrivains de toutes époques et aux styles extrêmement variés, des milliers d’amis me racontant leurs histoires. Je suis restée suspendue à leur plume des centaines de fois. Et après un passage à vide qui m’a fendu le coeur pendant plusieurs années, c’est avec un plaisir non feint que je me délecte à nouveau de cet amour délicieux pour eux. Je ne sors plus sans un bouquin calé au fond de mon sac, et plutôt que de m’effondrer sur les sièges des métros, les écouteurs enfoncés dans mes oreilles et l’air morose, je me plais à sortir à tout moment ce petit trésor sans arrêt renouvelé, pour en savourer le récit en me laissant bercer par un train trop rapide.

JOUR 3 : MARCHÉ DES BOUQUINISTES & PROMENADE DANS BORDEAUX

Cet article a été rédigé le jeudi 12 novembre, dans le train qui me ramenait à Paris. Je n’ai pas souhaité le publier le lendemain en raison des évènements que nous connaissons. Aujourd’hui, tout cela me paraît loin, mais je m’y replonge avec un certain plaisir, une tranquillité surprenante. Je vous fait partager ces moments d’insouciance, et ces petits plaisirs qu’offre Bordeaux et dont j’ai pu profiter pendant mon séjour.

Sur la liste de ces choses que je désirais faire/voir avant mon départ, se trouvait le souhait d’aller jeter un oeil au Marché des Bouquinistes de Bordeaux. L’occasion pour moi, ensuite, de faire un petit tour dans le centre ville qui entoure la Place des Grands Hommes, où se trouve le dit marché. Pour ceux que cela intéresseraient, les bouquinistes s’y installent chaque mercredi, de 9h30 à 19h00. On y trouve pas mal de livres, des livres d’art à prix abordables aux ouvrages de collection, des Pléiades aux Gallimard, et même quelques vieux magazines. A chacun de faire son choix. Pour ma part, j’ai opté pour une vieille édition des Mémoires d’une jeune fille rangée, de Simone de Beauvoir.

_DSC1302 _DSC1301 _DSC1300_DSC1299_DSC1297


Cette journée fut donc l’occasion, du coup, de découvrir les alentours. C’est comme ça que je découvrais la Place des Quinconces et son magnifique monument en hommage aux députés girondins victimes de la Terreur, datée de la fin du XIXème siècle. Subjuguée par la beauté de cette construction, je me suis posée une petite heure au soleil, sur les marches du monument, et j’ai ressorti mes crayons.

_DSC1319 _DSC1332_DSC1331_DSC1337

 

J’ai terminé la journée avec quelques découvertes supplémentaires dans les rues de Bordeaux, je vous laisse apprécier tout cela tranquillement…

_DSC1339_DSC1295_DSC1286_DSC1354_DSC1356_DSC1362_DSC1366_DSC1307_DSC1341_DSC1368