Dans un élan créatif, je dis ma liberté.

dessin-art-drawing

Il est dix heures, la nuit est tombée, les lampadaires de la rue éclairent mon salon tamisé. En tailleur devant ma table basse, posée sur un coussin à même le sol, j’ai la tête dans mon cahier, les yeux rivés sur la mine de charbon. Je laisse se balader mon crayon. La mine gratte le papier encore blanc, épargné pour le moment, je l’entends crisser dans ses mouvements, et mon âme s’apaise au rythme de ses allez-retours. Je donne forme à l’inconnu, au vide.

Sous mes doigts se révèlent : des lignes, de pleins, des figures. Lorsque j’en ombre l’intérieur, soudain naît la profondeur. Alors j’entre dans le papier, nous ne sommes plus qu’un, une seule réalité. Je donne vie à ce visage muet, immobile. Je gonfle ses joues d’une ombre arrondie quittant le nez pour s’échouer sous une oreille inaboutie. J’invente une autre, son visage, ses traits, dans son regard je peux peindre la tristesse, ou dessiner l’innocence d’un rire perlé finissant dans ses yeux plissés.

L’odeur du charbon qui s’effrite sur ma feuille, que je disperse en un souffle pour me replonger dans mes gestes contrôlés mais libres. Liberté.

Je me libère du quotidien, du temps, de mon besoin de tout calculer, tout le temps. Le nez sur le papier, j’oublie l’horloge, j’ignore l’heure qu’il est. Lorsque je le quitterai, deux heures, trois heures auront passé. Le silence de la nuit met fin au temps qui passe, et dans un sursis indéterminé, je crée.

J’échappe à ma réalité, un instant. J’ai tout pouvoir sur la blancheur de ce qui n’est pas, de ce qui n’est pas encore, qui attend un geste de moi, un trait, un élan. Je sens mon pouvoir dans ces lignes que je trace et qui finissent par parler pour moi. Un pouvoir innocent, naïf.

Un talent qui n’en est pas un. Un plaisir certain. Une fierté peut-être. A travers mes dessins, j’existe. J’attire l’attention sur ce que je ne dis pas, faute de mots suffisants pour illustrer des propos muets. Les regards se posent enfin sur moi lorsqu’ils s’attardent sur les courbures d’une figure qui naquit de mes doigts.

Je me suis fait une place en prenant mes crayons, mes carnets sous le bras. Si la vie m’en éloigne, je les garde toujours près de moi. A tout moment j’y reviens, je renaît. Par cet élan créatif, j’affirme ma liberté.

# 29 jours de gratitude – Jour 17 – Ma créativité

J’ai perdu mon assiduité. Les jours passent, je ne les vois pas défiler, je dois éteindre la lumière qu’il me reste encore un millier de chose à faire. Je cours après le temps, mais pour la thématique de ce jour, je voulais me poser un instant, car c’est là un aspect de ma vie important.

Créativité-dessin-art

Je ne suis pas à proprement parler une artiste. Je me bride moi-même et je manque d’inspiration, souvent. D’imagination. Néanmoins, j’aime ressortir mon matériel de dessin lorsque j’en ressens à nouveau le besoin, vestiges d’un temps où j’espérais rejoindre une école d’art pour laquelle je n’ai jamais postulé. Peur de l’échec, peur de la réalité. Peur d’entendre une vérité qui m’aurais privée de cet atout dont j’étais si fière. Le dessin, la photo, la peinture. L’art. Avec l’écriture, ils sont mes seuls motifs de fierté, et ils m’ont apportés beaucoup au cours de ma timide et bafouillante jeunesse.

Je vous ai déjà parlé de ma timidité durant l’adolescence, cette volonté de m’effacer, l’impression de n’avoir rien à dire. Ce n’est pas tout à fait vrai. Je voulais être considérée par les autres, j’avais besoin d’exister, mais mon manque de confiance en moi m’empêchait de faire le premier pas, et de parler haut et fort, d’aller vers les autres et de me laisser vivre. Le dessin me permettait de contrer cette difficulté. Grâce à lui, je pouvais rester à ma place, les autres venaient à moi. Mes carnets de croquis avaient ce pouvoir d’attirer foule pendant les récréations. Et ce sentiment de profonde fierté m’a aidée, petit à petit, à me faire une place. Une chose en entraînant une autre, j’ai pris conscience de mes capacités, j’ai gagné en confiance, j’ai combattu cette angoisse de la vie sociale. Et chaque fois que je me retrouvais dans un nouvel endroit, au milieu d’une foule d’inconnus, je ressortais mes crayons. Ils parlaient pour moi.

C’est pour cette raison que je suis aujourd’hui si reconnaissante. J’ai eu ce talent, que j’ai un peu perdu parce que j’en avais moins besoin, mais qui me revient progressivement à mesure que j’y travaille. Ce talent qui m’a permis de m’exprimer différemment, de me raconter des histoires, et de communiquer avec le monde alentours sans avoir à me battre avec des mots qui ne venaient pas.

Aujourd’hui les mots sont revenus, mais je reste fidèle à mon premier allié.

Merci.

JOUR 3 : MARCHÉ DES BOUQUINISTES & PROMENADE DANS BORDEAUX

Cet article a été rédigé le jeudi 12 novembre, dans le train qui me ramenait à Paris. Je n’ai pas souhaité le publier le lendemain en raison des évènements que nous connaissons. Aujourd’hui, tout cela me paraît loin, mais je m’y replonge avec un certain plaisir, une tranquillité surprenante. Je vous fait partager ces moments d’insouciance, et ces petits plaisirs qu’offre Bordeaux et dont j’ai pu profiter pendant mon séjour.

Sur la liste de ces choses que je désirais faire/voir avant mon départ, se trouvait le souhait d’aller jeter un oeil au Marché des Bouquinistes de Bordeaux. L’occasion pour moi, ensuite, de faire un petit tour dans le centre ville qui entoure la Place des Grands Hommes, où se trouve le dit marché. Pour ceux que cela intéresseraient, les bouquinistes s’y installent chaque mercredi, de 9h30 à 19h00. On y trouve pas mal de livres, des livres d’art à prix abordables aux ouvrages de collection, des Pléiades aux Gallimard, et même quelques vieux magazines. A chacun de faire son choix. Pour ma part, j’ai opté pour une vieille édition des Mémoires d’une jeune fille rangée, de Simone de Beauvoir.

_DSC1302 _DSC1301 _DSC1300_DSC1299_DSC1297


Cette journée fut donc l’occasion, du coup, de découvrir les alentours. C’est comme ça que je découvrais la Place des Quinconces et son magnifique monument en hommage aux députés girondins victimes de la Terreur, datée de la fin du XIXème siècle. Subjuguée par la beauté de cette construction, je me suis posée une petite heure au soleil, sur les marches du monument, et j’ai ressorti mes crayons.

_DSC1319 _DSC1332_DSC1331_DSC1337

 

J’ai terminé la journée avec quelques découvertes supplémentaires dans les rues de Bordeaux, je vous laisse apprécier tout cela tranquillement…

_DSC1339_DSC1295_DSC1286_DSC1354_DSC1356_DSC1362_DSC1366_DSC1307_DSC1341_DSC1368