# Objectif culture : mes envies du mois de mars

Objectif culture mars

Il semble que je fasse mes projets culturels de plus en plus tard. A ce rythme là, je perdrais bientôt un mois de mon année. Des évènements survenus ces derniers temps m’ont empêchés de me pencher sur la question, je n’avais pas la tête à l’art, encore moins la tête à lire. Mais une fois la torpeur passée, reviens cette avidité de culture pour combler tout le vide laissé par ces tristes nouvelles. Aussi, je compte bien ne pas lésiner sur ce point, pour ce mois qui promet d’être bien rempli, néanmoins. Voyons tout cela point par point !

Pour ce mois de mars, pour ce dernier mois dans mes vingt-deux ans, j’envisage de rencontrer :

CINEMA :

  • Belgica, de Felix VAN GROENINGEN
  • Louis-Ferdinand Céline, de Emmanuel BOURDIEU
  • Suite Armoricaine, de Pascal BRETON
  • Solange et les vivants, d’Ina MIHALACHE

belgicaCéline

Suite armosolange LIVRES :

  • Les gens dans l’enveloppe, Isabelle MONNIN
  • Défense des droits des femmes (extraits),  Mary WOLLSTONECRAFT
  • L’homme révolté, Albert CAMUS
  • Toxique, Françoise SAGAN

gens dans l'enveloppewollstonecraft homme révolté toxique

EXPOSITIONS :

  • Chefs-d’oeuvre de Budapest, au Musée du Luxembourg
  • L’Art et l’Enfant, au Musée Marmottan Monet

art et enfant budapest

SPECTACLES :

  • Rosa Liberté, de Filip FORGEAU, au Théâtre de l’épée de bois-Cartoucherie
  • Louise  Michel, la louve, par Alain DUPRAT, au Guichet-Montparnasse
  • Athalie, par Olivier BRUAUX, au Théâtre du Nord
  • Anna Karénina, par Cerise Guy, au Théâtre 14 (un pari risqué, j’ai vraiment dévoré le bouquin…)

Anna louise michel rosa

On se retrouve à la fin du mois pour un petit bilan de tout ça ?

D’ici là, bonnes lectures, bons spectacles, belles découvertes à tous !

The Revenant : Emmanuel Lubezki méritait (encore une fois) son Oscar

Depuis ce matin, les réseaux sociaux sont saturés de messages à destination de Leonardo DiCaprio, cet acteur maudit passé tant de fois à côté de l’Oscar vivement convoité. Cette année, le succès lui a enfin répondu, et il est amplement mérité. Si le film est si poignant, il doit beaucoup à la prestation de celui-ci, qui s’est donné corps et âme pour son personnage, et nous propose une véritable performance dont il sera toujours temps de reparler d’ici quelques jours.

Aujourd’hui, j’aimerais surtout m’attarder sur l’élite de l’élite des instagrammer, j’ai nommé Emmanuel Lubezki.

The Revenant est un film qui, malgré ses longueurs, ne nous permet pas de décrocher un instant. Les dialogues sont quasiment absents d’un film qui se place surtout dans la lignée de ces oeuvres mettant en scène un homme face à la nature – avec toutes les épreuves que cela suppose (les végétariens auront bien souvent le coeur en miettes et l’estomac retourné durant la diffusion…). La nature… Elle s’offre à nous dans toute sa magnifique brutalité. Des paysages à couper le souffle, valorisés par la douce lumière d’un crépuscule hivernal… Tourné à la fois au Canada et en Argentine – pour des raisons techniques – le film m’a fait voyager de mon siège, et je suis ressortie de la salle l’estomac retourné, certes, mais surtout la tête pleine de la beauté subjuguante de cette Amérique intemporelle.

Je suis navrée qu’on parle si peu de ce directeur de la photographie qu’est Emmanuel Lubezki, qui a été fort heureusement récompensé par les Oscars la nuit passée. En allant me renseigner un peu plus sur le personnage, je me suis aperçue que j’avais eu l’occasion de croiser ce talentueux mexicain à diverses reprises, face à des films qui m’avaient tout autant séduite, comme Le Nouveau Monde, qui se rapproche fort d’ailleurs de The Revenant, et pour lequel il avait également été récompensé.

Je suis de celles qui considèrent que l’image d’un film conditionne son succès. J’avais vivement regretté le réalisme outré du film Le Trésor qui m’avait empêchée de me raccrocher à la beauté du décor lorsque les dialogues ou l’intrigue m’avaient perdue. Emmanuel Lubezki sait tenir le spectateur en haleine, et a témoigné à maintes reprises de son talent, ce qui lui permit de tourner avec les plus grands, et de laisser sa trace à travers des films qui rencontrèrent un succès auquel il a très certainement participé : The Tree of Life ? C’était lui. Birdman ? Lui encore. Gravity aussi, tant qu’on y est. Les Fils de l’Homme ou Sleepy Hollow également, pour ne citer que les plus connus.

Son habileté est d’ailleurs reconnue dans le milieu : le Monsieur ne compte plus ses récompenses, et s’avère d’ailleurs être un habitué des Oscars, puisqu’il compte désormais dans sa collection pas moins de six nominations, et trois statuettes !

Un sacré talent donc, que je tâcherai de suivre désormais.

(Pour ceux que ça intéressent, et je suis sûre qu’ils seront nombreux, Emmanuel Lubezki a un compte Instagram – évidemment ! – qui est à couper le souffle. Ca se passe ici.)

revenant-lubezki-sunshine revenant-lubezki-sunset revenant-lubezki-winter revenant-lubezki-mountain revenant-lubezki-landscape revenant-lubezki-dicaprio

En avant-première : Le Trésor, un film de Corneliu Porumboiu

Au début de la semaine, j’ai été invitée à la projection en avant-première du tout dernier long métrage d’un réalisateur roumain que je ne connaissais pas, et qui est pourtant visiblement assez réputé dans son genre, Le Trésor, de Corneliu Porumboiu.

Le Trésor-Film-CorneliuPorumboiu

L’argument est le suivant :

« À Bucarest, Costi est un jeune père de famille accompli. Le soir, il aime lire les aventures de Robin des Bois à son fils de 6 ans pour l’aider à s’endormir. Un jour, son voisin lui confie qu’il est certain qu’un trésor est enterré dans le jardin de ses grands-parents ! Et si Costi accepte de louer un détecteur de métaux et de l’accompagner pendant une journée, il serait prêt à partager le butin avec lui. D’abord sceptique, et en dépit de tous les obstacles, Costi se laisse finalement entraîner dans l’aventure… »

Au niveau de l’histoire, il n’y a pas grand chose à ajouter. C’est bel et bien à une chasse au trésor que nous assistons tout au long du film, j’ai presque envie de dire « en temps réel », tant les scènes sont parfois longues, participant ainsi à l’effet comique de cette quête absurde de deux voisins obstinés.

Ce que j’ai aimé

Le film est drôle. Le réalisateur joue avec les mots et nous rend témoins de joutes verbales à mourir de rire, je pense particulièrement à la scène qui a lieu au milieu du film entre les trois comparses, la nuit tombée, chacun d’eux creusant avec acharnement un trou de deux mètres de profondeur sous ce noyer centenaire. J’ai beaucoup ri, d’un rire sincère, parfois moqueur, parfois cynique aussi, mais la plupart du temps avec une fraîche naïveté. C’est là pour moi l’aspect le mieux réussi du film, le caractère divertissant d’une comédie où le narrateur pousse si loin son idée qu’il bascule avec habileté dans l’absurde.

L’histoire en elle même est également plaisante. Ce père de famille qui lit Robin des Bois à son fils le soir, et qui finit par se laisser embarquer lui-même dans une chasse au trésor qui doit sortir son voisin de la misère, et le grandir, lui, aux yeux d’un fils admiratif, m’a touchée. C’est une forme de quête héroïque des temps modernes, dont les motifs nous touchent et révèlent en même temps la situation délicate d’un pays en difficile transition.

Le Trésor

Ce qui m’a déplu

Malheureusement, c’est précisément mon manque de connaissance concernant l’histoire et l’actualité politique de la Roumanie qui m’a fait passer, je le crois, à côté de trop de choses. Je n’ai pas saisi la moitié des clins d’oeil du réalisateur qui n’a de cesse d’évoquer le communisme, la révolution, ces changements successifs jusqu’à l’entrée dans un capitalisme exacerbé, dont je n’ai jamais eu connaissance. Et la dernière partie du film m’a laissée dans une certaine incompréhension qui m’a fait sortir de la salle pleine de frustration.

C’est un film pour des spectateurs avertis, il ne faut pas s’y rendre sans bagages, c’est du moins ce que j’en ai conclu après ce visionnage. C’est dommage parce que je pense que la critique qu’exprime le réalisateur mérite d’être entendue, et le regard qu’il pose sur son pays est tout à fait intéressant à suivre, mais justement, moi, je n’ai pas suivi. Je ne pouvais, j’étais perdue trop tôt.

J’ai été déçue par ailleurs par l’image en tant que telle. C’est généralement l’argument qui fait pencher la balance dans un sens ou dans l’autre chez moi. Si le film est esthétiquement beau, il a toute les chances de gagner mon adhésion malgré une ou deux réticences. Mais ici, l’image est trop brute, l’atmosphère trop réaliste. C’est sans plaisir que je me suis plongée dans cet univers, et lorsque le film m’a perdue, je n’ai pas pu me raccrocher à une esthétique quelconque. Peut-être est-ce un choix, sûrement même, mais il ne m’a pas convaincu.

Mention spéciale

Petite note au passage au sujet du cinéma où avait lieu la dite projection, à savoir le Cinéma des Cinéastes, place de Clichy. Je ne le connaissais pas du tout, et j’ai été séduite immédiatement par le lieu en lui même. Ses allures de vieil entrepôt sont charmantes, et l’on peut observer ça et là du vieux matériel cinématographique. L’ambiance est chaleureuse, le personnel aussi, j’y retournerai sans aucun doute, et avec grand plaisir !

#Objectif Culture – Mes envies du mois de Janvier

Il y a quelques jours, je vous parlais de ma #Résolution n°1 pour 2016, celle de rencontrer davantage d’objets culturels chaque mois, car c’est un dimension de ma vie qui a bien manqué l’an passé. Je publierai donc chaque début de mois mes #Objectifs Cultures, et nous verrons ensemble à la fin de celui-ci, si j’ai respecté l’objectif ou non. Le tout s’accompagnant chaque fois d’un commentaire plus ou moins détaillé de l’oeuvre rencontrée. Sinon, ce n’est pas drôle !

Ainsi, en janvier, je partirai à la rencontre de :

CINEMA :

  • Janis, de Amy BERG
  • Carol, de Todd HAYNES
  • Demain, de Cyril DION et Mélanie LAURENT
  • Mistress America, de Noah BAUMBACH

Carol-vintage-old demain-ecologie-cinema Janis-rock-joplin Mistressamerica-film-2016

LIVRES :

  • La Douce, DOSTOIEVSKI
  • La Vénus à la Fourrure, L. Von SACHER-MASOCH
  • Yann Andréa Steiner, Marguerite DURAS
  • Journal d’un corps, Daniel PENNAC

dosto duras pennacvénus à la fourrure

EXPOSITION :

  • Splendeurs et Misères, images de la prostitution, au Musée d’Orsay
  • Visages de l’effroi, Musée de la Vie Romantique

expo-peinture-paris-visages-de-l-effroi-musee-de-la-vie-romantique splendeurs et misères

SPECTACLE :

  • Roméo et Juliette, à la Comédie Française
  • Lucrèce Borgia, à la Comédie Française

Lucrèce borgia romeo-et-juliette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

& toi, qu’as tu envie de voir pour commencer cette année en beauté ? Qu’as tu à me conseiller pour le mois prochain, à me dire concernant celles du mois de janvier ?