Petit village de montagne : bienvenue à Arrien-en-Bethmale

ARRIEN-EN-BETHMALE

Avant de venir à Paris quand il avait passé 20 ans, mon grand-père était berger dans les montagnes des Pyrénées. Il est né dans la Vallée de Bethmale dont je vous ai déjà parlé, il a grandi à Arrien, où j’ai passé bien des étés. J’y suis retournée la semaine dernière, pour présenter la région à l’amoureux. J’ai eu l’envie de vous faire profiter de ce magnifique village à l’allure presque abandonnée, baigné de nature, face à l’immensité des montagnes enneigées. Continuer la lecture de Petit village de montagne : bienvenue à Arrien-en-Bethmale

Noël dans un village de montagne, Saint Girons.

IMG_3138Ville ou village ? Je ne sais quel mot poser sur Saint-Girons, cet endroit qui m’a vue avant que je ne le vois, où je retourne chaque année depuis que j’ai 6 mois. La ville la plus proche de la vallée qui a vu naître mon grand-père, là où il a grandi, là où il se réfugie encore, aujourd’hui. J’ai déjà parlé de la Vallée de Bethmale, du Lac de Bethmale surtout, dont je suis amoureuse. Saint-Girons n’en est pas si loin, à quelques kilomètres de voiture de là.
IMG_3114
IMG_3128 IMG_3133IMG_3136 IMG_3139IMG_3145 IMG_3147 IMG_3158 IMG_3165IMG_3141 IMG_3161

Comme chaque année, nous sommes allés fêter Noël non loin du Salat, cette rivière qui traverse la région et qui me rappelle mon enfance, les fêtes foraines du mois d’août où ma grand-mère m’emmenait, patientant des après-midi durant devant le manège qui me faisait tourner, inlassablement. Cette année, encore, je suis sortie en ce 25 décembre, pour aller prendre quelques clichés, aller regarder la ville d’un œil nouveau, un œil changé par une année de plus passée.

Je n’ai pas toujours aimé ces semaines imposées dans un endroit qui m’apparaissait comme le bout du monde. Quelques magasins pour subvenir aux plus importants besoins, une librairie où j’aimais à me réfugier, et trois pèlerins.

Depuis quelques temps, j’apprécie cependant ces jours passés au calme, loin du chahut de Paris, loin des contraintes, des voitures, de l’urgence du quotidien. Tout prend une autre teinte ici, et nous prenons le temps de trainer, parce que, après tout, il n’y a rien d’autre à faire. Je suis déçue de n’avoir pas eu suffisamment de temps pour aller faire un tour dans cette librairie que j’aime tant, et qui m’accueille, année après année, m’offrant ce délice infini de me perdre dans ces livres d’occasions, ces livres vieux parfois de plusieurs dizaines d’années, qui sentent la poussière, le temps passé, les mains entre lesquelles ils ont trainé, encore et encore. Et repartir, un, deux, trois livres sous le bras, et un sourire aux lèvres. Ce sera pour cet été, très probablement !

IMG_3174IMG_3171IMG_3166IMG_3167 IMG_3189IMG_3193 IMG_3200IMG_3191 IMG_3195 IMG_3214 IMG_3215
IMG_3238

J’ai quand même eu ce plaisir de déambuler dans les rues désertes de ce lendemain de réveillon. Il était 16 heures, le soleil commençait déjà à décliner et nous avions passé la journée à ne rien faire qu’à profiter de ces instants passés ensemble, au chaud. La lumière était belle et donnait à ces images des couleurs nouvelles. L’air était bon, les rues désertes, parfois ponctuées de la présence d’une famille venue prendre l’air avant de retourner se blottir dans le canapé… J’ai marché seule le long des trottoirs, au milieu de routes abandonnées, des les recoins, les ruelles de la ville, et je suis rentrée le cœur gonflé et la tête emplie d’images colorées et sereines pour terminer l’année.

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes de Noël, que vous avez bien mangé, bien dansé, entourés de ceux que vous aimez. Et je vous souhaites de passer une bonne fin d’année 2015. 🙂

La Vallée de Bethmale #CoinDeParadis


IMG_1221    Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un endroit que j’aime, plus que je n’aurais pu penser aimer un simple lieu, un simple lac, paumé au milieu de nul part. J’aimerais vous parler des montagnes des Pyrénées. Enfin, de l’Ariège, plus précisément. Et du Lac de Bethmale.
IMG_1194
IMG_1198IMG_1191


IMG_1215    Je me rappelle encore, en vous en parlant, de l’odeur des sapins, du bruit de l’eau, et du vent dans cette petite cuve au milieu des montagnes. Quand j’arrive au bout de la route, que je m’engouffre au milieu des arbres, et que je débouche face à ces eaux bleu-vert, il me semble que tout s’apaise, que tant que j’y reste, rien ne se passe autour, ailleurs, que je reprendrais tout cela plus tard. Je suis dans l’ici, et maintenant. Je me fais du bien.IMG_1216IMG_1188IMG_1220IMG_1247

    C’est un endroit on ne peut moins touristique, et isolé au milieu de la nature. Peu importe la saison, ce lieu dégage quelque chose de divinement tranquille.
IMG_1239IMG_1237