J’ai quitté la maison : cet enfant qui résiste en moi.

Welcome home

Quitter la maison, j’y pensais depuis longtemps.

Depuis plusieurs années déjà, je m’abonnais régulièrement à différents types d’annonces sur les sites de recherches immobilières. Je faisais mes comptes, je mettais de côté. A la maison, je rêvais d’un ailleurs, où le rythme de vie serait dicté par mes seuls désirs, où les jours de ménages seraient fixés par mon emploi du temps (et ma bonne volonté), où je serais chez moi, libre de vivre à ma façon, de sortir, de rentrer, de mettre la musique à fond, ou d’exiger le silence absolu pour me consacrer à la lecture d’un bouquin que je refuse de lâcher avant sa fin. Bref, oui, quitter la maison, j’y pensais depuis longtemps.

Pourquoi si longtemps ? Pour des raisons financières et des raisons d’emploi du temps, d’abord. Ma vie d’étudiante en prépa ne me permettait pas de travailler à côté et donc l’argent se faisait souvent rare dans le porte-monnaie. La bi-licence qui a suivi n’était pas l’alternative idéale. Il a donc fallu attendre mon Master pour pouvoir, finalement, quitter le nid. J’ai trouvé un petit boulot, j’ai trouvé un bon plan, j’ai trouvé mon appartement. Mais le temps, l’argent, sont-ils vraiment les uniques raisons de cette interminable attente ? Je n’en suis pas si sûre, et j’en doute encore davantage maintenant que je suis seule chez moi et que je peux prendre le recul nécessaire pour repenser à tout cela.

Une décision qui n’a rien d’anodin.

Prendre son premier appartement semble marqué par l’excitation et la joie la plus vive. Emancipation tant attendue et besoin de liberté enfin assouvi, tout semble très facile si l’on met de côté les différentes démarches qui tendent à pourrir un peu les premiers mois qui précèdent, et qui suivent l’installation. Pourtant, cette étape est tout sauf anodine, et je crois qu’on tend à trop mettre de côté ce que cela implique pour les jeunes adultes que nous sommes alors. Moi qui suis très attachée aux symboles, et qui ai toujours eu un peu de mal à m’adapter au changement, je l’ai vécu de manière assez vive et inattendue.

Parce qu’il s’agit à mes yeux de devenir adultes. Quand nous en avons parlé avec ma mère, un peu plus tard, après avoir échangés quelques paroles nostalgiques, elle m’a dit à raison que c’était là l’aboutissement d’une éducation. A ses yeux, pendant une vingtaine d’années, elle a été là pour m’apprendre tout un tas de choses plus ou moins importantes pour se débrouiller dans la vie. Elle m’a transmis ses valeurs, a essayé de m’inculquer les bonnes manières, et de partager avec moi un certain nombres d’astuces pour vivre correctement. Une fois partie de la maison, il ne me reste plus qu’à mettre tout ça en application, et à me faire ma propre idée de la vie, garder ce qui me semble utile, mettre de côté le reste. Et devenir celle que je dois devenir. Je me rends compte aujourd’hui tout ce que je dois à mes parents, tout ce qu’ils m’ont légué. Quand j’ai décoré ce nouveau nid douillet, j’ai assurément été influencée par les goûts de ma maman. Quand je reçois des invités, j’applique ses conseils avisés. De même, quand je décide de m’accorder une pause, c’est la musique de mon papa que j’écoute suffisamment fort pour savourer pleinement toutes les nuances de ses morceaux préférés. Quand je fais la cuisine, c’est lui que j’appelle. Et c’est grâce à lui que je m’attache à manger le mieux possible, et à ne pas m’abonner aux boîtes de conserves et aux pâtes au ketchup.

Quitter l’endroit, mais surtout les personnes avec lesquelles on a grandi n’est pas si évident qu’on ne le pense. Et l’on s’en rend compte plus ou moins tard. Je crois que je ne me l’avouais pas les quelques années qui ont précédé mes démarches, mais ma réticence à prendre les choses en mains est très révélatrice de ce besoin de faire durer un peu les choses, encore. Le vrai déclic s’est fait lorsqu’il a fallu signer le bail. Nous étions tous venus à l’agence, ma famille, mon petit ami et moi. Autant vous dire qu’on nous a un peu regardés de travers quand nous sommes entrés. Et au moment de signer, je me suis dit « ça y est. C’est le moment ». Le moment ? Oui. Celui de quitter ma maman et de voler de mes propres ailes. Et ça n’a rien de facile, même si l’endroit que j’avais trouvé me plaisait plus que je n’aurais pu l’imaginer, même si mon petit ami était là pour veiller sur moi, ça n’était pas facile. Et les jours qui ont suivis on été alimentés par mille et une réflexions. Je n’arrivais à faire mes cartons, à vider ma chambre. Je ne l’ai pas vidée d’ailleurs. Je suis repartie de zéro, j’ai acheté tous mes meubles (ça m’a pris tout l’été. Ca demande du temps de dénicher les bonnes affaires! 😉 ). Et j’ai passé un mois et demi avant d’aller y passer ma première nuit. Et il m’a fallu presque 6 mois avant de passer une semaine entière sans retourner là bas, chez elles, ma chère soeur et ma petite mère.

Aujourd’hui je suis bien.

Le temps a passé, je me suis habituée à mon cocon que j’ai voulu douillet. J’y passe parfois des journées entières, et j’aime pouvoir être seule, vivre à mon rythme, traîner au lit des heures et des heures et me mettre au ménage à 22H, si l’envie me prend à ce moment là précis. Je suis bien, parce que j’ai toujours aimé ma solitude. Je suis bien, parce que je suis chez moi, que j’ai des livres dans tous les recoins, et mon ordi pour m’évader dans un bon film quand les romans ne suffisent plus. Je peux travailler tranquillement, et j’apprends à cuisiner doucement. Mais parfois, encore, j’éprouve ce besoin de retourner dans mon ancienne chambre, d’aller me faire câliner par ma maman, de raconter mes aventures à mon petit papa, de retrouver l’enfant qui vit toujours en moi. Et ça me plait comme ça.

Publicités

Publié par

Camille

Aspirante-éditrice, chroniqueuse littéraire à ses heures, l'auteure de ce blog est une passionnée de littérature, et grande curieuse du monde des livres à tous ses niveaux.

Une réflexion au sujet de « J’ai quitté la maison : cet enfant qui résiste en moi. »

  1. Quitter le cocon familial ne veut pas dire ne plus jamais y revenir, j’aime retourner chez mes parents pour y passer une soirée, voire une nuit quand je dois me lever à l’aube le lendemain et que je n’ai pas envie de prendre la route. Cela est rassurant de savoir que les parents sont toujours là si besoin. Et si bon de danser chez soi et de chanter faux sous la douche sans se soucier du regard des autres 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s