En avant-première : Le Trésor, un film de Corneliu Porumboiu

Au début de la semaine, j’ai été invitée à la projection en avant-première du tout dernier long métrage d’un réalisateur roumain que je ne connaissais pas, et qui est pourtant visiblement assez réputé dans son genre, Le Trésor, de Corneliu Porumboiu.

Le Trésor-Film-CorneliuPorumboiu

L’argument est le suivant :

« À Bucarest, Costi est un jeune père de famille accompli. Le soir, il aime lire les aventures de Robin des Bois à son fils de 6 ans pour l’aider à s’endormir. Un jour, son voisin lui confie qu’il est certain qu’un trésor est enterré dans le jardin de ses grands-parents ! Et si Costi accepte de louer un détecteur de métaux et de l’accompagner pendant une journée, il serait prêt à partager le butin avec lui. D’abord sceptique, et en dépit de tous les obstacles, Costi se laisse finalement entraîner dans l’aventure… »

Au niveau de l’histoire, il n’y a pas grand chose à ajouter. C’est bel et bien à une chasse au trésor que nous assistons tout au long du film, j’ai presque envie de dire « en temps réel », tant les scènes sont parfois longues, participant ainsi à l’effet comique de cette quête absurde de deux voisins obstinés.

Ce que j’ai aimé

Le film est drôle. Le réalisateur joue avec les mots et nous rend témoins de joutes verbales à mourir de rire, je pense particulièrement à la scène qui a lieu au milieu du film entre les trois comparses, la nuit tombée, chacun d’eux creusant avec acharnement un trou de deux mètres de profondeur sous ce noyer centenaire. J’ai beaucoup ri, d’un rire sincère, parfois moqueur, parfois cynique aussi, mais la plupart du temps avec une fraîche naïveté. C’est là pour moi l’aspect le mieux réussi du film, le caractère divertissant d’une comédie où le narrateur pousse si loin son idée qu’il bascule avec habileté dans l’absurde.

L’histoire en elle même est également plaisante. Ce père de famille qui lit Robin des Bois à son fils le soir, et qui finit par se laisser embarquer lui-même dans une chasse au trésor qui doit sortir son voisin de la misère, et le grandir, lui, aux yeux d’un fils admiratif, m’a touchée. C’est une forme de quête héroïque des temps modernes, dont les motifs nous touchent et révèlent en même temps la situation délicate d’un pays en difficile transition.

Le Trésor

Ce qui m’a déplu

Malheureusement, c’est précisément mon manque de connaissance concernant l’histoire et l’actualité politique de la Roumanie qui m’a fait passer, je le crois, à côté de trop de choses. Je n’ai pas saisi la moitié des clins d’oeil du réalisateur qui n’a de cesse d’évoquer le communisme, la révolution, ces changements successifs jusqu’à l’entrée dans un capitalisme exacerbé, dont je n’ai jamais eu connaissance. Et la dernière partie du film m’a laissée dans une certaine incompréhension qui m’a fait sortir de la salle pleine de frustration.

C’est un film pour des spectateurs avertis, il ne faut pas s’y rendre sans bagages, c’est du moins ce que j’en ai conclu après ce visionnage. C’est dommage parce que je pense que la critique qu’exprime le réalisateur mérite d’être entendue, et le regard qu’il pose sur son pays est tout à fait intéressant à suivre, mais justement, moi, je n’ai pas suivi. Je ne pouvais, j’étais perdue trop tôt.

J’ai été déçue par ailleurs par l’image en tant que telle. C’est généralement l’argument qui fait pencher la balance dans un sens ou dans l’autre chez moi. Si le film est esthétiquement beau, il a toute les chances de gagner mon adhésion malgré une ou deux réticences. Mais ici, l’image est trop brute, l’atmosphère trop réaliste. C’est sans plaisir que je me suis plongée dans cet univers, et lorsque le film m’a perdue, je n’ai pas pu me raccrocher à une esthétique quelconque. Peut-être est-ce un choix, sûrement même, mais il ne m’a pas convaincu.

Mention spéciale

Petite note au passage au sujet du cinéma où avait lieu la dite projection, à savoir le Cinéma des Cinéastes, place de Clichy. Je ne le connaissais pas du tout, et j’ai été séduite immédiatement par le lieu en lui même. Ses allures de vieil entrepôt sont charmantes, et l’on peut observer ça et là du vieux matériel cinématographique. L’ambiance est chaleureuse, le personnel aussi, j’y retournerai sans aucun doute, et avec grand plaisir !

Publicités

Publié par

Camille

Aspirante-éditrice, chroniqueuse littéraire à ses heures, l'auteure de ce blog est une passionnée de littérature, et grande curieuse du monde des livres à tous ses niveaux.

2 réflexions au sujet de « En avant-première : Le Trésor, un film de Corneliu Porumboiu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s