#Lecture : mon coup de cœur pour Les jours de mon abandon, Elena Ferrante

les jours de mon abandon

Les jours de mon abandon, est un livre rédigé par une auteure aujourd’hui bien connue, grâce au succès de sa saga littéraire « L’amie prodigieuse », publié en français chez Gallimard depuis 2014. C’est un ouvrage moins populaire d’Elena Ferrante et publié dix ans plus tôt que je souhaite partager, un ouvrage que j’aurais aimé écrire moi-même. Un ouvrage moins médiatisé et pourtant très fort, qu’il est difficile de présenter tant il convoque des émotions personnelles.

Le récit est mené à la première personne. C’est Olga, trente-huit ans, mariée, deux enfants, qui mène la narration. Et quelle narration ! Au début de l’œuvre, cette épouse à la vie exemplaire est quittée par son mari, « abandonnée » du jour au lendemain pour une femme plus jeune. Rien de très original jusque là, et ce n’est effectivement pas dans le récit qu’il faut chercher la perle. C’est dans la manière dont il est mené. Les pages suivantes sont ainsi le monologue intérieur d’une femme en deuil – puisque c’est bien d’un deuil qu’il s’agit, avec toutes ses étapes difficiles à la durée indéterminée. Ne cherchez pas l’intrigue, il n’y en a pas, ou si peu. Une rencontre ça et là, des accidents de parcours, des scènes de violence résultat d’une tempête intérieure qu’Olga ne contrôle pas. Ce n’est que le récit d’une lutte qu’elle mène en son for intérieur, une lutte contre le désespoir d’abord, et puis contre la folie. Et quand Olga n’a plus la force de lutter, c’est son effondrement qui nous est raconté. Par elle, toujours, et c’est là que réside la force de cet ouvrage.

L’auteure nous plonge dans les pensées les plus intimes d’une mère de famille soudainement abandonnée, et elle ne nous épargne rien. Le lecteur suit le fil de ses pensées et l’on sait tous que nos pensées sont souvent loin d’être exemplaires. Souvent donc, on s’applique à les taire. Ici, elles sont exposées dans leur plus grande cruauté. Au point de nous choquer. Le point culminant de la narration est ainsi marqué par la violence de son vocabulaire, une vulgarité exacerbée et une haine non dissimulée qui n’épargne pas même les enfants de l’intéressée. Tout y passe, rien n’est négligé, et c’est tant dans ce qui est raconté que dans la manière de s’y appliquer qu’est partagée la douleur d’un mariage qui a échoué. Et cette lecture est difficile, j’ai plusieurs fois reposé le livre de Ferrante, en colère, m’interrogeant sur la nécessité de cette crudité. Mais c’est une lecture qu’il faut poursuivre jusqu’au bout pour en saisir tout l’intérêt, les réelles qualités. L’auteure va loin dans le partage des émotions de cette épouse trompée et elle le fait je crois avec un certain courage qui me plaît. Elle expose la laideur sans retenue, rassérénée peut-être par un anonymat qu’elle revendique, et qui a crée la polémique au mois de janvier dernier.

Les jours de mon abandon, Elena Ferrante, Gallimard, 2004

Crédits photo © Ally Bing

Publicités

Roadtrip en Écosse #3 : Dormir dans une ancienne abbaye bénédictine à Fort Augustus

Après cette nuit tant appréciée passée à York en milieu de trajet, nous avons donc repris la route en direction des Highlands qui nous attendaient. Les routes ne sont pas comme en France et nous n’avons pas tellement le choix au niveau de l’itinéraire. Nous nous retrouvons donc au milieu de tous les vacanciers désireux tout comme nous de rencontrer les terres écossaises et slalomant entre les camions dès qu’ils en ont la possibilité. Il reste peu de kilomètres et nous y passons pourtant la journée. Mais à mi-chemin déjà, l’horizon se dresse par endroits, se vallonne, en même temps que le ciel se voile laissant percer des pluies qui viennent nous surprendre dans nos contemplations. Continuer la lecture de Roadtrip en Écosse #3 : Dormir dans une ancienne abbaye bénédictine à Fort Augustus

Pourquoi ne pas rester en contact ?

 

Deux mots rapides aujourd’hui, simplement pour t’informer que j’ai mis en place une newsletter afin de bien commencer la rentrée.

Comme tu as pu le constater, j’ai décidé d’écrire ici plus régulièrement. J’ai différents projets en cours pour ces pages, et je vais bien sûr continuer le compte rendu de mon roadtrip écossais, avant de faire un tour du côté de Prague que je vais également visiter. Des nouvelles en perspective donc, et comme il n’est pas toujours évident de s’y retrouver, j’ai décidé de mettre en place une newsletter thématique qui, chaque mois, reprendra les articles phares qui auront été publiés par ici, selon leur catégorie. De quoi se repérer facilement et ne pas se perdre dans des lectures non désirées.

Si l’idée t’intéresse, il te suffit de cliquer ici.

A très bientôt !

Enregistrer

Roadtrip en Écosse #2 : escale à York

La route est longue pour rejoindre les Highlands, ses paysages se méritent et notre impatience grandit au fil des heures. Nous nous décidons malgré tout à faire une escale en Angleterre, à quelques kilomètres de la frontière, histoire de nous reposer un peu, de nous dégourdir les jambes et de manger un bout. C’est à York que nous avons choisi de poser nos valises le temps d’une soirée et d’une nuit bien méritée. Je découvre cette jolie ville de briques rouges pour la première fois et suis charmée par tout ce que j’y vois. Continuer la lecture de Roadtrip en Écosse #2 : escale à York

5 idées de lectures avant un voyage en Écosse

ECOSSE

Lors de mes voyages, j’aime m’imprégner totalement du pays qui m’accueille. C’est pourquoi je me plais tant à flâner dans les cafés les moins touristiques de ses villes, observant un temps les habitués du quartier, écoutant leurs échanges, leur accent, leurs rires. Je m’arrête dans les librairies, j’épluche les journaux et les nouveautés littéraire du pays. J’observe dans les rues les passants ignorant mes coups d’œil persistants. De retour à la maison, je prolongerai le séjour, j’entretiendrai ses sensations à travers la découverte des photographies développées, quelques reprises de mes carnets, de mes dessins, des quelques mots que j’y aurai gribouillé. Parfois, le voyage commence même avant d’avoir pris la route. Si j’aime débarquer sur de nouvelles terres les yeux bandés, sans rien savoir et prête à tout découvrir jour après jour à travers les simples commentaires des locaux rencontrés au gré de mes déplacements, j’aime aussi, souvent, m’y prendre quelques jours à l’avance. J’emprunte une poignée de livres à la bibliothèque, des livres sur le pays, ou écrits par les auteurs que ce dernier a vu naître, et paraître. Je pioche dans la musique locale, et je titille mon impatience en visionnant quantité d’images promptes à me faire saliver d’avance. Pour ce voyage en Écosse prévu en août, j’ai donc repris mes habitudes, et mes lectures. En voici un rapide aperçu.

A travers l’Écosse, Robert Louis Stevenson

Recueil de textes rédigées par l’auteur écossais, édimbourgeois émigré dès qu’il fut en âge de voyager, A travers l’Écosse témoigne du sentiment ambigu, lassitude mêlée de nostalgie, horreur passionnée qu’il entretient à l’égard d’un pays qu’il ne finira jamais de quitter :  notes de voyages, récits, souvenirs d’enfance, essais, Stevenson n’a jamais cessé d’écrire sur le pays qui l’a vu naître. Au détour de ruelles qu’il décrit avec une précision déroutante, l’histoire rejoint les légendes locales et souvent terrifiantes de l’Écosse. On y retrouve son Edimburgh Picturesque Notes, célèbre texte qui fit scandales tant il s’y montre impitoyable à l’égard de la ville comme de ses habitants.

Vous trouverez l’ouvrage aux éditions Complexe, qui proposent la traduction inédite de ces multiples écrits du père du Dr Jekyll et de M. Hyde.

La fille du temps, Josephine Tey

On continue avec une écrivaine écossaise du début du XXe siècle. Josephine Tey – Elizabeth Mackintosh en réalité – est principalement connue pour ses romans policiers. Dans celui-ci, elle raconte l’histoire de l’inspecteur Alan Grant (Scotland Yard), immobilisé sur son lit d’hôpital et qui pour se distraire passe en revue divers portraits de personnages historiques. Il finit par s’intéresser au cas de Richard III dont il cherche à démontrer l’innocence malgré les accusations qui l’accablent dans le cadre de la célèbre affaire des Princes de la Tour.

Il s’agit de la plus célèbre enquête de l’auteure – à la première place dans la liste des cent meilleurs romans policiers de tous les temps selon la Crime Writer’s Association de 1990, et à la quatrième place parmi les cent meilleurs livres policiers d’après l’association des Mystery Writers of America – et je vous la conseille absolument.

Macbeth, Shakespeare

Un classique parmi les classiques ici, avec le célèbre Macbeth de Shakespeare.  La tragédie se déroule en Écosse, sous le règne du roi Duncan, rapidement assassiné par l’ambitieux Macbeth, héros de ce récit. La rédaction de cette courte pièce coïncide avec l’arrivée sur le trône d’Angleterre du roi écossais Jacques VI Stuart, et s’inspirerait également des Chroniques d’Angleterre, Écosse et Irlande (1577) de Holinshed. Relatant en les combinant une série d’événements survenus au XIe siècle en Écosse, Macbeth est donc l’occasion de revoir ses classiques tout en s’imprégnant de l’histoire écossaise.

Waverley et autres romans (Pléiade), Walter Scott

Difficile de proposer cet article sans me référer à Walter Scott, poète et écrivain écossais né à Édimbourg à la fin du XVIIIe siècle. Dans ses romans, l’auteur se réfère souvent à l’Écosse, à son histoire, à ses décors. Ils sont tous à découvrir et j’ai personnellement emprunté une Pléiade pour me familiariser un peu avec ses écrits.

Écosse, par les éditions Lonely Planet

Pour finir, je quitte la littérature et vous recommande l’édition de Lonely Planet sur l’Écosse dans la préparation de votre séjour. Je suis chaque fois séduite par l’esthétique de leurs ouvrages et le contenu ne m’a jamais déçue. Dans celui-ci vous trouverez d’abord un condensé des meilleures choses à faire ou à voir en Écosse, avec les festivals, les activités phares, des itinéraires et des parcours de randonnées. Par la suite, vous pourrez découvrir pas à pas chaque région du pays avec de nombreux conseils et des cartes plutôt bien réalisées quoique parfois incomplètes pour illustrer le tout. L’histoire, la culture, la géographie du pays sont présentées par des auteurs locaux, Neil Wilson et Andy Symington. En fin d’ouvrage, un carnet pratique et un guide des transports peuvent également s’avérer très utiles une fois sur place !

Roadtrip en Écosse #1 : Avant le départ

Prep voyage

Ceux qui me suivent sur Instagram ou sur Twitter ont déjà eu vent de la nouvelle, j’ai manqué de temps pour en faire l’annonce sur le blog un peu plus tôt, mais je prends quelques minutes à deux jours de notre grand départ pour vous en dire quelques mots. Continuer la lecture de Roadtrip en Écosse #1 : Avant le départ

J’ai testé : être famille d’accueil pour animaux (et je recommencerai)

_dsc2822

Qu’est-ce qu’une famille d’accueil (ou FA) pour animaux ?

Il y a plusieurs possibilités. Deux surtout, qui sont assez différentes, supposent un investissement différent, et ont des conséquences variables.

La première, proposée notamment par la SPA, suppose l’accueil définitif de l’animal par la famille. On se rapproche de l’adoption, à ceci près que la SPA se charge des frais engendrés par l’arrivée d’un petit nouveau. Tous les animaux ne sont pas concernés ; on envoie dans les familles d’accueil ceux qui n’ont eu aucun succès à l’adoption et sont au refuge depuis trop longtemps, mais aussi ceux qui présentent un certain handicap ou une pathologie significative. La famille est chargée de prendre soin de l’animal qui échappe ainsi au refuge, mais celui-ci demeure la propriété de la SPA qui prend alors en charge les frais vétérinaires et les frais de nourriture.
C’est un bon compromis pour les familles désireuses d’accueillir une petite bête à la maison mais qui n’ont pas le budget nécessaire à ses soins. C’est aussi un beau geste à l’égard de l’animal qui sans cela aurait peu de chance de quitter sa cage. Il faut cependant être conscient des conséquences de cette décision. L’animal est généralement mal en point : handicap, maladie ou vieillesse, les perspectives d’avenir sont réduites et parfois difficiles et il est important d’y réfléchir avant de franchir le pas.

La seconde possibilité, que j’ai moi-même testée, est moins contraignante, mais tout aussi utile ! Elle est généralement proposée par des associations venant au secours des animaux et disposant de trop peu de places (voire aucune, toutes n’ayant pas de refuge à leur disposition) pour soigner leurs pensionnaires. Elles font alors appel à des familles bénévoles qui accueillent ces animaux quelques temps, en prennent soin jusqu’à ce qu’une famille se présente, prête à adopter ces boules de poils de manière définitive. En termes de frais, les possibilités varient d’une association à l’autre. Certaines demandent aux familles de prendre en charge la totalité des frais engendrés, d’autres prennent en charge les frais vétérinaires, d’autres encore en payent la totalité. Généralement, ces conditions sont précisées sur leurs sites, sinon, il ne faut surtout pas hésiter à demander. Les conséquences de ce type d’accueil sont naturellement différentes du cas de figure précédent, et je m’attarderai aujourd’hui davantage sur celles-ci. Continuer la lecture de J’ai testé : être famille d’accueil pour animaux (et je recommencerai)