5 magazines qui font du bien.

Il fut un temps, je croyais que pour être à la hauteur de la société qui m’entourait, je me devais de rester informée de l’actualité, et que cela passait par des lectures fort classiques, et fort accablantes, que sont celles de la presse quotidienne la plus réputée, et des chaînes télévisées les plus en vogue. Le problème en fut l’atteinte à mon morale, qui se mit en berne bien rapidement.

Il y aurait toute une réflexion à mener sur cette nécessité tacite de plonger les lecteurs dans un profond désespoir pour s’assurer leur fidélité. C’est un fait que je ne m’explique pas. Pour vendre, il faut être sombre, il faut du fait divers, il faut du révoltant. De la révolte, c’est ça. A chaque page, mes poings se serrent, mon front se plisse, une vague de colère monte en moi comme en chacun de nous je crois, mais s’écrase bien rapidement entre les pages d’un journal que je replie pour l’oublier. Ne reste que cette vague cynique au fond de mon coeur, et cette nausée persistante.

Depuis quelques mois, j’ai décidé d’arrêter cela. Je ne lis plus le journal, je n’ai plus la télévision. Je ne me suis pas coupée du monde, bien au contraire. J’ai simplement choisi de sélectionner moi-même ce qu’il m’importe de savoir. Je fais le tri. Quand je veux prendre des nouvelles du monde, je fais un tour sur Internet, je lis quelques articles du Monde Diplomatique, ou je feuillette rapidement un journal tombé là par hasard.

Aujourd’hui, je préfère me perdre dans la lecture de magazines qui me réchauffent le coeur. Et j’ai choisi de vous en concocter une petite sélection (classés ici par ordre de découverte).

HAPPINEZ

happinez-magazine-lifestyle

C’est le premier magazine « Lifestyle » que j’ai découvert. Le premier magazine que j’ai trouvé qui propose autre chose qu’un régime ou des informations toutes plus sombres les unes que les autres. Et ça m’a fait du bien.

Le principe : à chaque numéro, un thème : « Simplicité », « Confiance », « Gratitude »…  C’est par le numéro « Aimer » que j’ai commencé. Acheté à la hâte dans un kiosque de la gare de Lyon, je l’ai tranquillement lu dans le train qui m’emmenait dans les Corbières, cet été là. A côté de moi, l’amoureux que je découvrais encore avec surprise et ravissement. Nous avons feuilleté ensemble cette curiosité de la presse. Et je suis tombée sous le charme. Par la suite, j’ai été séduite par tous ceux qui vont suivre dans cette présentation, et je m’en suis un peu détachée. Pourtant, je sais que j’y reviendrai prochainement, parce que la dimension très spirituelle qui est proposée dans ce magasine m’a séduite, et c’est quelque chose que je n’ai retrouvé nul part depuis.

FLOW

flow-magazine-photo

Le tout dernier numéro m’a été offert la semaine passée pour mon anniversaire. La personne qui me l’a remis a pensé que ça pourrait me plaire. Elle ne pensait pas si bien dire ! Voilà déjà plusieurs mois que j’attends avec la même impatience l’arrivée du numéro suivant.

Dans ton Flow, tu trouveras chaque mois une thématique assez générale, et en milieu de magazine, un petit cadeau ludique à chaque fois. Un carnet de calligraphie, des étiquettes, des marques pages. Un livre d’écriture thématisé, ou pour ce mois-ci, un cahier prêt à recevoir chacune de tes déclarations d’amour. Parce que l’un des articles de ce mois-ci s’intéresse aux lettres d’amour et à leur récent évanouissement. Je regrette souvent l’époque des billets doux, le temps passé derrière un bureau à essayer de coucher sur le papier les bons mots. L’attente d’une réponse, l’impatience prudente lorsque tu ouvres cette enveloppe qui porte ton nom. L’écriture de l’autre, tellement plus parlante qu’une police Sans Sherif sur ton écran lumineux, anonyme. Flow s’interroge et te propose de te réconcilier avec la pratique.

Cet article illustre bien ce qui m’a fait aimer le magazine. L’originalité bienveillante de chacune de ses pages. Les reportages qui le nourrissent, les propositions qui le jonchent, et toujours dans le but de rendre ta vie plus rose, plus sereine. Jette un oeil à ce petit bijou, et sens ton coeur sursauter d’un enthousiasme nouveau.

CLÉS

vegan-clés-info

Malheureusement, ce magazine est arrivé au bout de son parcours, et je trouve ça dommage. L’idée était bonne. Ce bimensuel s’accordait le temps de la réflexion. Avant de la balancer, digérer l’information. La transmettre avec intelligence. Dans une société où tout va trop vite, la presse d’actualité en particulier, je trouvais ça bien de pouvoir compter sur ce genre d’initiative. Tant pis, quelque chose de neuf en émergera probablement d’ici quelques temps…

En attendant, je ne peux que te conseiller le numéro 98 : « Nos animaux : compagnons ou protéines ? »😉

SIMPLE THINGS

diy-magazine-lifestyle

Je crois bien qu’il s’agit de mon préféré. Découvert tardivement (il faut dire qu’il est assez récent), j’ai eu un coup de coeur pour ce condensé de bonnes choses, toutes simples, comme le veut le titre. Le magasine est décomposé en plusieurs chapitres correspondant aux différents moments de la journée, et de l’aube au soir se proposent diverses activités pour se faire du bien, se faire plaisir, se libérer du quotidien. Tout se dont j’avais besoin, en somme !

Au fil des pages, tu auras le loisir de découvrir quelques DIY tout simples, des recettes tout aussi accessibles, mais surtout de belles images, partout, et quel bonheur pour les yeux de se laisser prendre par ces clichés du monde entier, si doux, si sereins ! Dans le dernier numéro, le magazine nous propose de découvrir Porto, grâce à l’intervention de l’une de ses habitantes. Simple Things c’est aussi ça : un magazine participatif. Tu trouveras différentes rubriques qui font appel à des lecteurs venu intervenir sur un sujet précis. Ils sont bien souvent bloggeur, et c’est avec plaisir que je rejoins leur page après avoir lu leur proposition.

Va y jeter un oeil la prochaine fois que tu passeras près d’un kiosque, je t’assure, tu auras très vite envie de t’y plonger entièrement, des heures durant. Un bonheur !

AS YOU LIKE

hellocoton-blog-deco

En parlant de magasines participatifs et de blogs à découvrir… Je ne pouvais faire abstraction de ce magazine lancé il y a quelques mois, dans la ligné d’Hellocoton, et qui propose un condensé des meilleurs conseils, récits, astuces de blogueuses.

Je suis partie à la découverte de ces jeunes femmes que je suivais de loin, fais un tour dans leur univers autrement que derrière un écran. Une explosion de belles images, colorées mais épurées, qui font tant de bien aux yeux lorsque tu te perds dans les couloirs du métro parisien… Merci à toutes ces gentilles participantes, qui me font rêver dans les allées suburbaines.. Pour ces idées DIY, ces inspirations déco, ces recettes enfin accessibles, et pour toutes ces pages modes qui, pour une fois, entrent dans mon budget😉

Et toi, quels sont tes magazines préférés ? Je serais ravie d’en découvrir de nouveau, à ajouter à cette courte liste.

Agnès D. : une YouTubeuse déjantée qui fait du bien !

La découverte web du mois sera probablement celle-là : Agnès D., qui tient une chaîne Youtube depuis pas bien longtemps – 24 février 2015 nous renseigne la page de la dite dame – et qui est à mon avis bien trop peu connue. Petite présentation.

Personnalité multiple

L’idée originale et qui ajoute à la chaîne son petit côté atypique, est la création de personnages divers, que j’interprète comme une démultiplication de sa personnalité, une manière de confronter ses paradoxes, mais aussi de prendre toujours du recul par rapport aux propos énoncés. Sur sa bannière on compte trois personnages mais j’ai parfois l’impression qu’il y en a davantage.

Tu feras très rapidement connaissance avec sa « cruche« , spécialiste des conseils make-up, fashion et autres démonstrations girly. Agnès D. s’en moque ouvertement mais le fait avec une forme d’indulgence et rendant son personnage malgré tout si sympathique que la critique passe bien. L’idée est qu’on est nombreuses à se laisser prendre au jeu, à écouter béatement les conseils énoncés qui ne sont pas tous à bannir, mais avec lesquels il est important de garder une certaine distance critique. Pour un petit aperçu, je te recommande cette vidéo, qui est justement celle qui me fit découvrir la Youtubeuse, et que j’ai vraiment beaucoup aimée.

youtube-maquillage-cruche

L’autre personnage est désigné comme son « troll« , et m’amuse énormément. Très moqueur à l’égard des propos d’Agnès D., elle semble anticiper les critiques qui pourraient être faites par les internautes, et permet de rire de tout ce qui est dit plutôt que de s’en offusquer, d’en grimacer ou même de trop s’y attacher. Car encore une fois, elle nous garde à distance.

youtube-video-decouverte

Enfin, « Moi », Agnès D. en personne, sans far et sans artifices, nous présente ses conseils divers, ses avis sur tout un tas de sujets d’actualité ou non, tendances ou non.

Parler de ce qui a déjà été dit mille fois. Autrement.

C’est ce que j’admire dans la démarche et ce qui m’a fait m’abonner très vite à la chaîne. Agnès D. te parle de ce que tu as déjà entendu mille fois. Mais elle t’en parle différemment. Elle met de côté toutes les politesses, évite tous les détours, et te raconte le tout avec une franchise souvent très amusante. Comme l’impression de prendre un verre avec une bonne copine, un vendredi soir après le travail. Elle te racontera sa grossesse, ou son rapport à ses cheveux, qu’elle a perdus et qu’elle cherche à faire repousser. Elle te parlera de ces instants gênants que l’on connait toutes, chez l’esthéticienne ou chez la gynéco notamment. Elle en discute sans complexes, sans circonvolutions, et c’est ça que j’aime dans ces vidéos !

bio-youtube-agnes

Des conseils make-up originaux, du total-look Madonna au maquillage spécial enterrement, en passant par des parodies fort amusantes des astuces pour un look « naturel » ou pour se mettre enfin au « baking ». Autant de termes que l’on voit passer encore et encore sur Youtube et sur les blogs, et dont je suis personnellement assez lasse, mais auxquels elle redonne tout leur intérêt.. avec humour.

Mention spéciale pour son « tuto-féministe », très vrai, très drôle, très intelligent !

Agnes-feminisme-youtube

Allez faire un tour sur CETTE CHAÎNE HAUTE EN COULEURS, j’espère que ça vous plaira, moi j’adore, et j’espère que son travail finira par porter ses fruits parce que c’est grandement mérité.

Pourquoi s’offre-t-on des oeufs à Pâques ?

Après Noël et la Saint-Valentin, les vitrines changent à nouveau leurs habits, et au milieu des poussins et des cloches se dressent fièrement des oeufs peints de mille motifs, en chocolat, en bois, en porcelaine, c’est un carnaval de couleurs et c’est avec impatience que j’attends avec vous le moment de fondre sur le chocolat abandonné au milieu d’un jardin où percent les premiers bourgeons de l’année.

Généralement l’occasion d’un petit moment en famille, de promenade dans le jardin avec les enfants, de photographies en tous genres, Pâques est accueilli avec plaisir ou indifférence, mais elle reste bien la fête des oeufs en chocolat (ou non, d’ailleurs). Mais pourquoi ? D’où nous vient cette étrange tradition ? Quelle manie nous prend donc, une fois l’an, d’aller éparpiller moult oeufs sous les arbres en fleurs, avant de les (re)découvrir avec une joie non feinte ? Pour comprendre cette habitude pour le moins troublante, il faut revenir des siècles en arrière – voire, des millénaires…

oeuf-paques-pascal

Avant le christianisme, la symbolique des oeufs teints

L’humanité n’a pas attendu l’arrivée de Jésus pour développer ce plaisir fort particulier de s’offrir des oeufs colorés en diverses occasions. Pour comprendre cette tradition, il faut s’intéresser à la symbolique qui est liée depuis longtemps à ce petit objet.

Il semblerait en effet que dès l’Antiquité, Perses et Egyptiens aient développé cette pratique qui consiste à s’offrir des oeufs, décorés, célébrant par là l’arrivée d’un nouveau printemps. (On a en effet retrouvé des oeufs d’Autruche datant d’il y a 60 000 ans (!) en Afrique australe, dans des tombes à Sumer, ou en Egypte). L’objet, qui par sa fonction évidente symbolisait la vie, mais également le renouveau, est rapidement devenu une sorte de porte-bonheur, une manière de se souhaiter « plein de bonnes choses » en somme ! Offrande amicale ou rituelle, ces objets travaillés avec plus ou moins d’arts et de fioritures ont longtemps accompagné les hommes, ici pour célébrer les dieux et déesses (comme chez les Anglais ou l’on en offrait à la déesse Éostre, qui laissa d’ailleurs son nom à la fête actuelle, « Easter »), là pour rendre honneur au soleil (comme l’auraient fait les druides de l’Antiquité gauloise, qui peignaient alors leurs oeufs en rouge).

Du paganisme à la récupération catholique

Lors de mes cours d’histoire sur le christianisme, j’ai étudié comment les chrétiens s’étaient appliqués à réutiliser des symboles, des dates et des pratiques pour glisser méthodiquement vers un catholicisme qui parlerait davantage aux païens qu’il s’agissait de convaincre. Là où l’on regrettait une fête païenne voire satanique, l’on s’empressait parfois de mettre en place une symbolique religieuse, une cérémonie nouvelle qui permettrait de conserver ces rituels qui séduisaient les païens, notamment par leur prétexte rassembleur.

L’oeuf de Pâques en serait ainsi l’un des objets. Par sa très ancienne symbolique – de la vie et de la résurrection donc – il ne fut pas bien difficile à recycler. Aussi vint-il mettre fin à la période du Carême et marquer la célébration de la résurrection du Christ. Logique. On considère que la coutume d’offrir des oeufs le matin de Pâques daterait environ du IVème siècle en Europe – quoique la pratique tarda quelque peu à se répandre, puisqu’il faut attendre le XVème siècle pour en retrouver des traces en France.

Devenant petit à petit une pratique royale, les oeufs se virent habillés d’ornements toujours plus précieux, et l’outil d’une exposition de son art, de son habileté. On s’éloigna progressivement de sa signification première, l’oeuf est devenu un prétexte, il est réutilisé à tout va, et aujourd’hui, il est surtout devenu commercial.

Un côté pratique…

A notre époque en effet, quoique le plaisir de décorer ses oeufs avec les enfants, d’habiller sa maison, de tester son talent sur ces jolies coquilles persiste quelque peu, les oeufs de Pâques s’offrent surtout en chocolat, et ils sont rarement destinés à rappeler la résurrection du Christ. L’objet a été récupéré, notamment par les chocolatiers, qui voient arriver avec plaisir les premiers jours du Printemps.

N’oublions pas cependant que pour les premiers chrétiens, ce côté pratique et utilitaire n’était pas non plus totalement absent… En effet, Pâques marquait surtout la fin du Carême, période durant laquelle il était interdit de manger – entre autres – des oeufs. Or bien sûre, les poules, elles, ne cessaient pas de pondre ! Plutôt que de gâcher le tout, il était ainsi bien pratique de se les offrir mutuellement une fois cette période de trente jours terminée…🙂

Et toi, comment célèbres-tu cette journée à la maison ?

Sagan se fait « Toxique » : un avis mitigé.

Sagan-lecture-fashion

Sur l’une des étagères de la bibliothèque, j’ai fini, indécise, par m’attarder sur ce grand livre bleu, épuré, mystérieux. Je ne l’ai même pas ouvert. J’ai lu en diagonale la quatrième de couverture, je connaissais vaguement Sagan depuis que j’en avais lu le premier roman, ici il s’agissait d’une sorte de journal tenu par l’écrivain lors de son séjour dans une clinique spécialisée. Suite à un accident de voiture, elle s’est vue prescrire de la morphine, prise quotidiennement, jusqu’à en devenir « intoxiquée ». L’idée m’intéresse, je suis emballée, je prends.

L’intérêt clinique

Récit d’une lutte contre la dépendance, récit de ces journées trop longues, de ce besoin physique beaucoup trop douloureux. Des notes éparses, des feuilles blanches. J’ai toujours été assez attirée par cet univers. Longtemps je me suis intéressée à l’internement, à son histoire, à ce qui fut longtemps considéré comme une folie, à ce qui l’est toujours, à ce qui ne l’est plus. J’avais un intérêt marqué pour les manifestations de la dépression, leur traitement, leur vanité. J’ai pensé retrouver cela dans ce bouquin. De manière particulière, puisqu’il me permettait d’entrer dans la tête d’une personne qui le vivait, qui l’écrivait au quotidien. Saisissant.

J’ai retrouvé l’écriture de Françoise Sagan. Sa légèreté un peu grave parfois. Son besoin de sortir, de faire la fête, d’oublier. Et j’ai aimé lire son désespoir, enfermée dans un petit espace aseptisé où les horaires étaient trop réguliers, les gens trop lents, la vie trop vide. J’ai partagé ses craintes, sa mélancolie parfois. Son impression de servilité, la peur que tout cela ne s’arrête jamais. La peur de s’y perdre. L’angoisse de la sortie, ou de l’impossibilité d’une quelconque issue. J’ai aimé Sagan. Mais.

Un livre illustré.

Toxique-illustration-stockJ’ai trouvé le livre trop chargé. J’ai trouvé que les illustrations, proposées par Bernard Buffet, desservaient totalement le texte. Ils l’écrasaient, le réduisaient à quelques lignes qui se noyaient sous des coups de crayons un peu grossiers, et m’ont rendu la lecture malaisée.

J’étais sans cesse distraite par ces corps nus à chaque page répétés, j’ai trouvé qu’ils n’apportaient pas grand chose au livre. Je suis pourtant une grande adepte du dessin, j’aime beaucoup l’illustration, mais je crois que pour ce type de livre, il ne doit pas se faire si envahissant. Et surtout, je n’ai pas été convaincue par ses propositions. C’est dommage, car l’idée était bonne, et m’avais d’abord séduite.

J’en garde malgré tout un assez bon souvenir, c’était une expérience intéressante, et le livre est si court que tu peux le lire en un jour.. Pourquoi ne pas se laisser tenter ?

Restaurant le Procope : sur les pas de La Fontaine, de Voltaire et d’Hugo.

Samedi dernier, j’ai déjeuné sur la banquette du premier café littéraire du monde, fondé en 1686 par un gentilhomme italien, Francesco dei Coltelli. J’avais découvert ce lieu de lettres et d’histoire il y a deux ans, et j’étais tombée sous le charme de ce restaurant où le temps semble s’être arrêté, où la bicorne de Napoléon côtoie la cloche de Marat, les correspondances de Corneilles, celles de Colbert et où les toilettes mêmes sont marquées par l’humour de Voltaire…

Procope-entrée-porte

Un lieu historique

L’une des principales raisons qui me pousse à passer encore et encore devant les portes de cet endroit, jusqu’à les franchir pour la deuxième fois, c’est cette empreinte historique indélébile qui en fait un lieu atypique. En m’asseyant sur la banquette, j’ai l’impression de suivre les pas de ces écrivains célèbres que j’ai tant admiré et qui sont tous venus s’y poser des heures entières. Je laisse glisser mes doigts sur les rideaux de velours qui bordent les hautes fenêtres, les arrête dans le creux d’un mur usé par le temps. Je visite l’histoire et me mêle à ses acteurs, je suis complètement séduite par la poésie de ces instants gourmands.

Imaginez ! Un café qui voit ses portes s’ouvrir chaque jour depuis 1686, dont le sol a été foulé par des clients habitués ou curieux, depuis plus de trois siècles ! Comment ne pas se laisser subjuguer par la magie du temps qui passe sans voir mourir cet endroit posté depuis tant d’années dans la rue de l’Ancienne Comédie. Personnellement, je ne résiste pas. Je monte ces escaliers de pierres et m’attarde sur les portraits qui en habillent les murs. Je déambule au milieu des couloirs, découvre les salons, les uns après les autres, en admire la décoration en me demandant ce qui a bien pu changer depuis les premiers instants.

Les premiers instants sont ceux de l’année 1686, année où cet homme venu de Palerme décide d’ouvrir les portes du premier café du monde. S’attendait-il à une telle renommée ? S’attendait-il a ce qu’il lui survivre, trois siècles après ? A l’époque, on venait y boire et y déguster des sorbets, tout en simplicité. Situé tout près de l’Ancienne Comédie Française, il vit bientôt les « beaux esprits » (comme on dit), s’y rencontrer. Et cela devrait durer pendant deux siècles. Parmi les noms qu’on aime citer, on trouve Voltaire, Rousseau ou Beaumarchais. La Fontaine y avait aussi ses habitudes, et a donné son nom à l’un des salons qui lui ont survécus. Balzac, Hugo et Verlaine vinrent aussi y discuter. Leur âme ne cesse de donner à ce lieu sombre mais chaleureux, un certain cachet.

Difficile, par ailleurs, de passer à côté de cette pensée révolutionnaire qui se lit jusque sur les murs de l’ancien café. Il faut dire qu’il fut au coeur de bon nombre de ses débats, et qu’il accueillit surtout des acteurs qui laissèrent leur nom à la postérité. Après avoir vu l’Encyclopédie prendre forme sous les doigts de Diderot et d’Alembert, le Procope laissa se poser en son sein Robespierre, Marat ou Danton, dont la statue trône à quelques pas de là. Impressionnant, non ?_DSC2415 _DSC2413

Un musée gourmand

Ces grands noms ont d’ailleurs laissé une trace dont le Procope se sert aujourd’hui pour conserver sa réputation. Lorsque l’on franchit les hautes portes bleues, les tapis à la mode de l’époque, les dorures, les tableaux donnent le ton. Mais au delà de la décoration, laissez-vous séduire par cette exposition…

Il y en a partout, un vrai plaisir des yeux, un orgueil tacite pour ceux qui s’y rencontrent. Sur les murs, au delà du papier peint de 1830 où sont imprimés ces quelques mots, « Liberté, « Egalité », sont encadrés bien des textes et bien des portraits.

Ça et là, aussi, des objets tout droit venus des siècles passés. On parle d’un poêle qui daterait de l’ouverture du lieu, et même du célèbre bicorne de Napoléon que ce dernier aurait laissé, certains disent pour payer ses dettes…
Difficile de démêler la réalité du mythe, et après tout, est-ce bien nécessaire ? N’est-il pas plus agréable de se laisser rêver, voyager dans le temps, séduire par l’histoire ?

Jusqu’aux toilettes, des « citoyens » et des « citoyennes », où je vous laisserai apprécier les réflexions fort philosophiques de Monsieur Voltaire..

Une cuisine où la tradition rime avec sophistication

Il faut être honnête, le Procope n’est pas le meilleur ami des végétariens. Et je vous avoue avoir blêmi lorsque la personne à ma gauche s’est fait servir une « tête de veau en cocotte », à l’ancienne en somme. L’une de leurs spécialités. C’est ce qui m’a rendu le choix du repas un peu difficile, et qui a limité de beaucoup les possibilités. Cela dit, ce que j’ai pu tester était à tomber, et j’ai craqué mille fois pour la soupe à l’oignon qu’ils proposent en entrée. Presque aussi dingue que celle que cuisine mon cher papa.😉

Le restaurant propose en effet une cuisine traditionnelle, une cuisine que l’on aurait pu déguster il y a de cela plusieurs siècles. Difficile de le leur reprocher, le Procope reste dans le thème, et fait le bonheur des touristes mais également des gourmets parisiens.

Deux petits « mais »

Malheureusement, et contrairement à ma première visite, nous nous sommes rendus au Procope un samedi.. Nous avions réservé, pas besoin de patienter… Pour entrer du moins. En effet, par la suite, il a fallu attendre. Longtemps. Une demi-heure avant de pouvoir déguster cette fameuse soupe à l’oignon, un peu long pour un pauvre bol, aussi délicieux soit-il. La suite aurait pu suivre rapidement, mais il a fallu vingt minutes de plus pour la voir arriver, et nous avons fini par renoncer à un dessert qui promettait de nous faire languir tout aussi longtemps..

C’est un peu dommage, ça nous a quelque peu gâché le plaisir, d’autant plus que célébrant ce jour là mon anniversaire, nous avions autre chose de prévu ensuite. Le service était d’une qualité bien moindre à celle que j’avais pu admirer il y a deux ans de cela et je regrette ce constat peut-être un peu dur de ma part. Je déplore le manque d’amabilité de celui qui s’est occupé de nous, hautain, distant et presque impoli finalement. Heureusement, nous avions été parfaitement accueillis par la jeune fille à l’entrée, qui était, me semble-t-il, déjà là lors de ma première fois en ce lieu.

Peut-être sommes nous mal tombés, je re-tenterai un jour malgré tout, c’est presque sûr.

Et toi, quels sont tes bonnes adresses pour bien manger/pour voyager à Paris ?

Le Procope
13 rue de l'Ancienne Comédie
75006 PARIS
(Menu Procope à 20,90€ en semaine)

wall-history-procopemiroir-reflet-gastronomie_DSC2402 _DSC2404 table-salon-litterature lustre-salon-procoperestaurant-procope-paris buste-deco-restaurant
Voltaire-quote-Procope

Dans un élan créatif, je dis ma liberté.

dessin-art-drawing

Il est dix heures, la nuit est tombée, les lampadaires de la rue éclairent mon salon tamisé. En tailleur devant ma table basse, posée sur un coussin à même le sol, j’ai la tête dans mon cahier, les yeux rivés sur la mine de charbon. Je laisse se balader mon crayon. La mine gratte le papier encore blanc, épargné pour le moment, je l’entends crisser dans ses mouvements, et mon âme s’apaise au rythme de ses allez-retours. Je donne forme à l’inconnu, au vide.

Sous mes doigts se révèlent : des lignes, de pleins, des figures. Lorsque j’en ombre l’intérieur, soudain naît la profondeur. Alors j’entre dans le papier, nous ne sommes plus qu’un, une seule réalité. Je donne vie à ce visage muet, immobile. Je gonfle ses joues d’une ombre arrondie quittant le nez pour s’échouer sous une oreille inaboutie. J’invente une autre, son visage, ses traits, dans son regard je peux peindre la tristesse, ou dessiner l’innocence d’un rire perlé finissant dans ses yeux plissés.

L’odeur du charbon qui s’effrite sur ma feuille, que je disperse en un souffle pour me replonger dans mes gestes contrôlés mais libres. Liberté.

Je me libère du quotidien, du temps, de mon besoin de tout calculer, tout le temps. Le nez sur le papier, j’oublie l’horloge, j’ignore l’heure qu’il est. Lorsque je le quitterai, deux heures, trois heures auront passé. Le silence de la nuit met fin au temps qui passe, et dans un sursis indéterminé, je crée.

J’échappe à ma réalité, un instant. J’ai tout pouvoir sur la blancheur de ce qui n’est pas, de ce qui n’est pas encore, qui attend un geste de moi, un trait, un élan. Je sens mon pouvoir dans ces lignes que je trace et qui finissent par parler pour moi. Un pouvoir innocent, naïf.

Un talent qui n’en est pas un. Un plaisir certain. Une fierté peut-être. A travers mes dessins, j’existe. J’attire l’attention sur ce que je ne dis pas, faute de mots suffisants pour illustrer des propos muets. Les regards se posent enfin sur moi lorsqu’ils s’attardent sur les courbures d’une figure qui naquit de mes doigts.

Je me suis fait une place en prenant mes crayons, mes carnets sous le bras. Si la vie m’en éloigne, je les garde toujours près de moi. A tout moment j’y reviens, je renaît. Par cet élan créatif, j’affirme ma liberté.

Pourquoi est-il si difficile de dire je t’aime ?

Les mots buttent contre les lèvres et s’étouffent dans un soupir timide. Pourquoi m’est-il si difficile de dire je t’aime ? Je crois n’avoir jamais dit à mes parents que je les aimais, pas depuis que j’ai arrêté de leur offrir des dessins pour leurs anniversaires. J’y pense, parfois ce désir de parler m’envahit mais finit par mourir dans un silence.

_DSC0325

J’aime les longues promenades de ces débuts d’automnes, sous le soleil rougeoyant et les arbres se dénudant. J’aime les pièces parsemés de livres, comme autant de promesses d’évasion à la portée de mes doigts. J’aime cet auteur, Delphine de Vigan, Modiano, Beauvoir, Dostoïevski, Hugo, Laclos. J’aime quand les murs de leurs maisons sont colorés. Quand elles sont encore pleines de boîtes en carton. J’aime le bruit de mon crayon sur le papier Canson, ce sentiment de toute puissance dans l’acte de création. Le crépitement de la cheminée à la fin d’une soirée à peine arrosée, l’odeur des pages de vieux livres dénichés sur les étagères d’une librairie d’occasion. J’aime ce film, cette chanson, son regard de petit garçon. J’aime les voyages, j’aime rester à la maison.

Mais je t’aime ? Je t’aime dans un regard, je t’aime par un cadeau qui veut dire que je te connais bien, que je t’écoute, que je tiens à toi. Je t’aime d’une caresse malhabile, d’une étreinte maladroite. Mais les mots m’échappent. Il arrive des moments d’attendrissement profonds, où je les regarde avec tendresse, où l’envie me prend de leur dire de but en blanc. « Je t’aime papa », « je t’aime maman ». Ma soeur n’a jamais entendu ces mots, ces gros mots. Ils sont porteurs d’une gravité qui effraie. Quand je veux leur dire j’ai l’impression qu’ils vont se briser. Ils sonnent comme des aveux de la dernière heure. Ils me font peur.

Je les aime en silence, espérant de tout mon coeur qu’ils entendent ce que je ne dis pas, multipliant les gestes venant prouver ce qui ne s’énonce pas.

« Je t’aime maman. Je t’aime papa. »